L'éveil du Féminin sacré

La grande matrice universelle chante et vibre dans mon utérus
L’océan tout entier me traverse et habite mon cœur de femme.

A la fois je fais vraiment l’expérience d’être infinie et vaste, sans identités et à la fois je suis une femme, dans un corps de femme et j’avais envie de partager mon expérience du féminin sacré.

Pour parler du féminin sacré, il me semble nécessaire de l’aborder dans le mode de fonctionnement du féminin. Bien loin de ce monde rationnel, contrôlé, organisé, de compétition, de comparaison, s’élève une voix souterraine, douce et forte, ondulant sur les vagues d’un mouvement essentiel et intérieur.

Le féminin sacré est pour moi notre essence féminine naturelle. Nous sommes dans une société tellement « tordue » qu’il faut un nom pour l’état naturel des choses. C’est comme pour la nourriture bio….

Le sacré est cet état naturel de la vie, un état intérieur. C’est cette écoute de le vie, cette gratitude à chaque instant.

Plonger dans le féminin c’est entrer dans le grand labyrinthe du mystère de la vie, du sensible, de l’intuition.  Rentrer dans ce qui ne s’explique pas de manière rationnelle, mais qui est connu, vu et ressenti au plus profond de soi-même.

La grande force du féminin est la force d’accueil. S’accueillir soi-même tel que l’on est, dans tout ce qui nous habite, dans tout notre mystère. Accueillir l’autre et reconnaître la beauté unique de chacun, dans une compréhension globale et vaste des relations entre les êtres, entre les règnes, entre l’humain et la nature.

Le féminin sacré est quelque chose que je vis dans mon corps, sans pouvoir vraiment expliquer ce que c’est.  C’est la vie en mouvement dans mon ventre qui pulse, qui vibre, qui accueille, veille, préserve et prend soin. Un pourvoir du cœur, intuitif, une sagesse innée ressentie de l’intérieur.

C’est un appel à venir me déposer au plus profond de moi-même. Ce chemin est infini et très vaste on peux toujours se déposer un peu plus, descendre dans la conscience cellulaire de ce corps qui s’abandonne au flux et à l’intensité de la vie qui le traverse.

Plus je descends profondément en moi, plus mon corps devient vibration, plus mon corps se dissout dans le corps de la Terre, dans le doux de la Terre. Et je la laisse prendre soin de moi dans cet espace de confiance et de sécurité.

Je sens mon corps de femme relié naturellement à la Terre, à sa sagesse, ses mémoires ancestrales, son cœur.

J’ai senti ce lien si palpable quand j’étais enceinte. Ce mystère m’a toujours fasciné. Ce ventre maternel qui accueille la vie. Cette matrice de création, cet utérus qui crée la matière pour l’âme qui vient s’incarner. . Une femme qui accouche est dans la pleine puissance de son féminin l’instinct sauvage, la force de la Terre, de la vie qui la traverse.

Depuis la nuit des temps, dans de nombreuses traditions on utilise une coupe en terre cuite comme ensensoir ( sahumerio en amerique centrale et du sud), un graal qui permet de transformer les vibrations, de créer l’harmonie, par cette colonne de fumée de copal, axe entre la Terre et le Ciel

Cette coupe porte le feu, matrice terre et reçoit le feu de l’esprit, le grand-père Feu, le masculin, la conscience, la lumière, source divine qui vient féconder la matière

Et la vie naît de cette union entre ces deux énergies.

Et la Terre a besoin que les femmes se reconnectent avec leur féminin sacré, leur partie intuitive, créatrice, sauvage, sensuelle, douce pour pouvoir accueillir leur masculin, pour pouvoir accueillir l’homme.

Douceur de femme, qui connaît ses mystères et sa puissance, la force de la vie traversant son corps
Disponible à donner et à recevoir
La femme originelle, gardienne des mémoires de la Terre et du cosmos,
Toi qui vit dans mes intimes profondeurs, dans mes vallées et mes océans intérieurs
Je te vois et je te reconnais, femme fécondée par la vie, tu portes la création silencieuse, la puissance tranquille, tu portes dans ton ventre tout l’univers
Je viens te rencontrer, au-delà des voiles, des histoires et des fantasmes
Je viens te rencontrer dans mon intérieur fleurissant, dans la pulsation de la vie
Une lueur scintillante, le joie de retrouvailles avec l’être aimé dans sa tranquillité, simple et légère.
Je rencontre la paix lumineuse de la Présence, qui se vit simplement au cœur de chaque expérience

 

Cécile

%d blogueurs aiment cette page :