fbpx
Ma première retraite de femmes

Ma première retraite de femmes

ma première retraite de femmes

Cet article a été écrit par Dana Tentea qui a participé à la retraite de femmes d’hivers au Village du Lac en Ardèche. Dana est photographe, artiste, passionnée par le vivant. Elle parcours le monde avec son compagnon en van pour faire des reportages sur la nature et l’écologie et explorer de nouveau modes de vie. Elle a pris de magnifique photo lors de cette retraite. Je vous laisse avec elle :

Ma vie a été pleine de chamboulements ces dernières années et en arrivant en Ardèche j’ai ressenti le besoin de prendre du temps pour moi. Pas facile de s’accorder ce luxe de nos jours. Pourtant en rencontrant Cécile ce fut évident qu’il était temps que je m’écoute. Et lorsque nous avons discuté de ses retraites, ses cercles de femmes, ce fut le signe que j’attendais. Il était temps que me lance.

Ma décision de me lancer dans une retraite de femmes

Ce qui m’a plu dans l’approche de Cécile ce fut bien sûr son approche de la méditation, sa belle énergie et son équilibre, mais aussi sa douceur. Je sentais cette belle bienveillance, cette bienveillance qui me surprend encore parfois tant je trouve qu’elle manque à notre monde…

L’idée de la retraite était de se ressourcer entre femmes en pleine nature, de prendre le temps de lâcher prise, de retrouver un bien-être avec son propre corps et puis aussi de quitter un peu ce stress et ces doutes quotidiens.

Je le concède volontiers, j’avais une certaine appréhension avant mon arrivée. Tout était un peu nouveau pour moi : le principe même de la retraite était un sacré pas en avant dans ma volonté de me recentrer, quant à la rencontre de toutes ces autres femmes, il faut l’avouer, j’étais un peu impressionnée.

Nous nous sommes retrouvées un mercredi soir, toutes venues des 4 coins de la France et réunies en plein cœur de l’Ardèche, dans ce joli gîte pour les 4 prochains jours. Je suis arrivée un peu en avance, parmi les premières femmes. Et je me sentais comme lors d’un premier jour de classe : l’excitation de nouvelles rencontres et une pointe d’appréhension, probablement du fait de ces nouvelles rencontres humaines et intérieures qui m’attendaient. Mais le ciel a apporté un magnifique coucher de soleil, me permettant de faire mes premières photos, signe que j’étais sans nul doute au bon endroit !

Retraite de femmes. Un stage féminin sacré et chamanisme

Mon vécu de la retraite

Le premier cercle de femme fut doux et apaisant. Nous nous sommes réunies pour la première fois avant de diner. J’ai alors rencontré ces 16 autres femmes qui seraient mes partenaires dans ce joli chemin initiatique qui m’attendait. Une certaine timidité était présente entre nous ce soir-là, mais la force du féminin n’a fait que nous rapprocher pendant 4 jours et nous avons fini en formant un groupe terriblement soudé, à l’écoute des autres et empreint de bienveillance.

Après cette première approche, nos journées se sont rythmées entre cercles de femmes, rituels nous reconnectant à notre féminin sacré et voyages intérieurs. J’ai pour ma part ressenti beaucoup de douceur et de force et j’ai surtout entendu que mon corps était un bel allié qu’il fallait que j’écoute plus souvent et dont il fallait que je prenne soin.

J’ai appris petit à petit à lâcher prise, à essayer de moins vivre les évènements avec mon mental, mais plus en laissant les choses venir à moi. J’ai pris le temps de me concentrer sur le vital, la respiration, la relaxation et faire un lien entre le corps et l’esprit.

L’approche de Cécile

Cécile m’a emporté avec elle dans un cercle de bienveillance et j’y ai vécu une belle initiation à cette rencontre avec moi-même que je veux dorénavant approfondir. Je laisse à chacune l’opportunité d’expérimenter cette retraite et ne veux pas trop en dévoiler, car chacune la vivra certainement différemment, y apportant son propre vécu, son propre cœur et en fera alors son propre chemin initiatique. Ceci étant dit, voici 4 éléments essentiels qui m’ont particulièrement apporté durant sa retraite, ces choses qui m’ont permis de me recentrer et de me ressourcer, même si pour cela, il faut parfois gratter des choses qui sont moins faciles à regarder en face.

La douceur des roses

Cécile nous a présenté les Roses et la médecine des roses. Elle nous a expliqué que la rose est « un réceptacle de l’énergie féminine universelle, représentée par Marie, Marie Madeleine, la vierge de Guadalupe, Kuan Yin, Isis, mais aussi la Mère Terre ou Pachamama selon les traditions ».

Les rituels qui les entourent permettent à la fois une guérison et une ouverture à soi par un voyage méditatif dans un autre espace de conscience. L’objectif est de retrouver une harmonie et une grande sérénité. J’y ai vu aussi un travail propre à chaque femme et qui mêle aussi le masculin et le féminin.

Pour ma part, je n’en avais que peu entendu parler et ce fut une belle découverte. Je ne sais pas dire exactement et avec des mots ce que cela m’a procuré si ce n’est à un moment précis une grande chaleur, et une belle douceur.

Les rituels m’ont plu, intrigué, et j’aimerais approfondir cette approche pour voir ce que cela peut m’apporter de plus et ressentir d’autres énergies en creusant un peu tout ce que l’interaction avec les roses peut créer.

Retraite de femmes.énergie de guérison des roses

Le féminin sacré

Le féminin sacré m’intrigue, m’appelle et j’étais curieuse de voir si ma compréhension de ces termes était la bonne. Peut-être y a-t-il d’ailleurs plusieurs sens, plusieurs visions ? Pour ma part je vis le féminin sacré comme une force, quelque chose que je ressens au fond de moi, qui m’a porté dans certains moments de ma vie et continue à créer une énergie puissante dans les moments de doute.

Pour autant le féminin sacré n’était pas pour moi synonyme de féminité. Je ne rapprochais pas cette force de la maternité ou tout simplement de l’utérus. Il s’agissait pour moi de faire cohabiter ma sensibilité et mon intuition en les regroupant dans une force qui me guide très souvent. Lorsque j’ai un choix à faire, que j’hésite, je sais qu’il faut que je prenne du recul et le laisse reposer un moment, sans venir le retoucher, le retourner dans tous les sens. Au bout d’un certain temps, lorsque peut-être cela a fait son chemin intérieur, mon choix m’apparaît clairement et je sens quelle sera la bonne décision à prendre pour moi. Cette manière de faire me guide très souvent et dans les plus grands choix de ma vie, c’est elle qui a su me montrer la voie. Je ne sais pas si ce sont les « meilleurs » choix d’un point de vue extérieur, mais ce sont les bons pour moi.

Par ailleurs, je pense que le féminin sacré est aussi une puissance qui m’a permis de passer outre des moments douleurs de me vie. D’accueillir la douleur, la vivre et la ressentir, mais aussi la laisser partir pour passer à autre chose. Je suis très sensible, hypersensible probablement, et je suis affectée par beaucoup de choses, de la réaction la plus infime de mon interlocuteur à l’injustice constatée dans des situations qui ne me concernent pas directement. Je pense que le féminin sacré est là pour transformer ma sensibilité en une force créatrice et sauvage.

Le féminin sacré je le vis donc vraiment comme une force intérieure d’intuition et de sensibilité. C’était cela ma vision du féminin sacré avant la retraite.

A la retraite de Cécile, nous avons discuté de ce que chacune entendait par féminin sacré et j’ai vu la diversité de compréhension et d’approche de cette force. Et puis il y a eu ce lien avec la Terre Mère, avec la fertilité et la création. Quelque chose qui est venu m’interroger et ne m’a probablement pas lâchée du séjour : la force de la création physique et le rapport à son utérus.

Chacune y trouvera certainement ce dont elle a besoin ou ce qui est nécessaire pour elle à ce moment-là. Pour ma part cet aspect est venu créer des questionnements et des interrogations en moi, les prémices d’un travail que je continue à faire et sur lequel je réfléchis depuis.

Le chant

Dès le premier jour, le chant fut placé au centre de la retraite. C’est un peu une autre nouveauté pour moi qui suis plutôt du genre timide. Laisser sortir ma voix et ma voie fut d’abord un peu difficile, au point que cela résonne étrangement en moi. J’ai une voix grave et ma voix ne sortait pas, elle était étouffée par celles des autres atours… Oui tout un symbole.

Et puis, petit à petit, notamment au départ avec le chant des voyelles, je me suis recentrée sur moi-même et ma respiration. C’est une suite de voyelles répétées dans le même ordre entre 3 et 9 fois. L’idée est de faire vibrer chaque voyelle dans un endroit particulier de notre corps ce qui créera donc une énergie particulière. A la fin du chant, je me suis sentie non pas différente, mais plus légère, mon esprit et ma concentration s’était focalisés sur quelque chose d’autre que mon mental et mes pensées. Et le temps de repos de la fin fut un beau moment pour me recentrer.

Retraite de femmes.Hutte de sudation au féminin

 La hutte de sudation

Pour être totalement honnête, la hutte à sudation fut une grande découverte pour moi. Alors oui, j’en avais entendu parler, la métaphore me parlait, mais le rituel m’échappait totalement.

Et pourtant quel moment intense !

Le rituel nous a réunies l’avant-dernier jour de la retraite autour de Cécile. Pendant 4 heures nous avons d’abord préparé puis chanté autour et devant la hutte.

Une grande hutte dont le canva et la base faite de grandes branches étaient déjà là et nous attendait. Il nous fallait alors la couvrir de couverture pour la rendre hermétique et pour préserver la chaleur qui s’y créerait.

La hutte de sudation est un rituel ancestral qui est « un rituel ancestral, un voyage au centre de notre Être dans l’énergie amoureuse de la Grande Mère cosmique ». C’est un rituel de purification et de reconnexion.

Une fois la hutte prête et le petit autel érigé juste à côté, nous avons allumé un feu avec le maître du feu, celui qui s’occuperait des flammes lorsque nous serions toutes à l’intérieur de la hutte.

Pendant que les flammes montaient et chauffaient les pierres volcaniques posées en son centre, nous avons chanté pour nous réchauffer.

Puis est venu le moment de la connexion avec le feu intérieur et enfin le moment d’entrer dans la hutte. Nous avons alors fermé la porte et apporté les premières pierres puis les avons arrosées. Il a commencé à faire plus chaud, les pierres brillaient à chaque fois que Cécile les aspergeait d’eau et une grosse vapeur d’eau s’en échappait.

Les pierres et nos chants, nos silences, nos partages ont rythmé ces 2 heures dans le noir toutes ensemble. Moi qui avais peur d’avoir trop chaud, ce ne fut pas le cas, car la hutte était grande.

Après la dernière pierre et nos derniers chants, nous sommes ressorties et nous sommes regroupées devant le feu, avec cette lune ronde au-dessus de nous. C’était juste beau et intense.

Mon bilan

Alors que j’écris ses lignes, 1 mois s’est écoulé depuis la retraite. J’ai parfois l’impression, en y repensant, que ce fut comme un rêve éphémère. Quelque chose qui, après s’être produit, c’est évaporé. Ce fut pour moi une belle découverte à la fois des retraites et des cercles de femmes. Ces quatre jours m’ont remplie de belles vibrations et d’une grande gratitude.

J’aimerais beaucoup retenter l’expérience, retrouver un cercle de bienveillance et cette belle énergie des femmes, de la sororité et des roses. Mais je crois que j’ai avant cela besoin de me mettre un peu à la médication et prendre le temps pour moi. Je vais donc me lancer dans les 5 méditations guidées que propose Cécile en ligne.

Une belle manière de poursuivre mon petit bout de chemin, je pense…

Dana Tentea

https://danatentea.com

Un grand Merci à Dana pour ce bel article ! Ty peux retrouver ses belles photos de ces voyages tout autour de la terre sur son site et ses propositions en tant que photographe inspirée. 

Retraite en ligne

Je t’invite dans ce voyage intérieur de 5 jours pour te reconnecter à ton essence profonde féminine. Reçois mes 5 méditations guidées des Elements ( Terre, Eau, Air, Feu et Amour) pour retrouver plus de sens, de joie et de créativité dans ta vie !

Tu seras ensuite inscrite à ma Lettre d’Amour mensuelle si tu en as envie ! 

Le pouvoir de guérison des roses

Le pouvoir de guérison des roses

La ‘Médecine des roses » telle qu’elle m’est transmise depuis bientôt 5 ans par des femmes-médecine du Mexique est une des plus belles choses que j’ai rencontré dans ma vie.

Elle est un canal, un réceptacle de l‘énergie féminine universelle, représentée par Marie, Marie Madeleine, la vierge de Guadalupe, Kuan Yin, Isis, mais aussi la Mère Terre ou Pachamama selon les traditions.

La rose est une grande enseignante, une guérisseuse, elle participe à l’éclosion de l’être, à l’ouverture d’une une vision plus vaste, plus unifiée de nous même.

Les roses possèdent une géométrie sacrée et leur haute vibration énergétique est similaire à celle d’un être humain en parfaite harmonie.

Ma rencontre avec les roses

J’ai rencontré la médecine quantique des roses au Mexique. Je suis arrivée à Mexico le 12 décembre 2015,  par « hasard », le jour de la célébration de la Vierge de Guadalupe. C’est une figure très importante pour le mexicains, un peu comme Marie en France, sauf que au Mexique ce sont 100 % de la population qui sont croyants !

Ce jour là, il y a un pèlerinage immense jusqu’à la Basilique de la Guadalupe, en plein cœur de Mexico. Il y avait un monde incroyable de personnes dans les rues, je crois que je n’avais jamais vu autant de monde de ma vie !

J’étais accueillie par des amis qui faisais partie d’un groupe de guérisseurs avec les roses. Je me suis retrouvée avec ces personnes à offrir des roses aux pèlerins, aux personnes qui marchaient vers la basilique et leur disant  » du cœur de la mère à mon cœur pour qu’il se remplisse de paix, d’amour et de joie ».

Cette nuit là il y a quelque chose qui s’est profondément inscrit dans mon cœur. Ce fut un magnifique accueil du Mexique pour moi.

J’ai ensuite passé du temps avec  Sonia et Exi Salvador à la casa YiYoba, qui veux dire maison du Ciel, regroupant tout un ensemble de thérapeutes travaillant entre autre avec l’énergie quantique des roses.

Elles sont ensuite venues en France pour donner des ateliers, conférences et une formation de thérapeute sur 2 ans.  J’ai fait partie de ce premier groupe de formation en France et cela a été un aventure incroyable qui est vraiment venue transformer ma vie. L’énergie des roses m’a en effet permi d’embrasser avec une si grande profondeur mes blessures, mes croyances, mes ombres.

Soin quantique des roses

Ce système de guérison avec les roses se base sur la connexion avec la Mère divine et son espace sacré qui est une plateforme énergétique où cette vibration d’amour est transmise.

Cette « technique » à été canalisée il y a une quinzaine d’année au Mexique mais est en réalité très ancienne.

La rose nous emmène dans un autre espace de conscience. Dans l’espace du cœur ou toutes nos expériences de vie, nos difficultés et blessures peuvent être accueillies différemment.

Les soins quantiques avec les roses ont pour but de réactiver la capacité naturelle de guérison de la personne, permettant de rétablir l’harmonie dans les différentes sphères de l’être pour les amener à un état de paix et de sérénité profonde et durable.

Cette vibration est incroyablement douce et puissante et vient imprégner tous les espaces des corps physiques, émotionnels, mental, toutes les dimensions et tous les temps. C’est pour cela qu’on parle de soin quantique.

La Mère vient insuffler son amour infini qui peux tout guérir, tout embrasser, tout réunifier. Elle ramene à la conscience les mémoires enfouies, les émotions bloquées, les croyances limitantes.

On appelle ce travail avec les roses, le chemin blanc de la conscience du cœur, qui nous amène à reconnaître notre nature divine, depuis notre histoire humaine.

C’est un chemin d’évolution spirituel qui nous connecte directement au rythme naturel de l’existence, dans un état d’harmonie permanent avec la Terre, tout en comprenant notre propre conscience cosmique.

La médecine de l’amour

J’utilise ici le mot « médecine » comme puissance de vie, qui nous permet de recontacter nos forces de vie, et notre pouvoir de guérison.

La rose quantique est l’outil thérapeutique le puis puissant que j’ai rencontré. Elle emmène avec une très grande douceur mais avec beaucoup de force à la source même de tous nos problèmes ou difficultés.

Les roses nous rappellent que nous portons tous cette qualité naturelle de nous soigner nous même à travers l’énergie d’amour maternelle et féminine qui coule dans notre corps.

Je suis toujours émerveillée de voir les roses opérer comme de véritables baguettes magiques….Venant ouvrir les cœurs avec tant de subtilité et de délicatesse, et en même temps avec tant de force et de détermination.

Parfois à peine la rose est posée sur le cœur de la personne qui vient me voir, que ses larmes se mettent à couler. Ce sont des larmes de gratitude, de se retrouver avec soi-même dans cette si grande intimité, de ressentir son cœur et tout l’amour qui est dedans.

Les personnes sont souvent étonnées de ce qu’elles peuvent ressentir et de tout ce qu’il peux se passer « juste » avec quelques pétales de roses.

Guérir avec les différentes couleurs des roses

Chaque couleur de rose a sa propre sagesse et une qualité énergétique spécifique.

La rose de couleur rose, qui est vraiment la rose de base, travaille sur l’énergie féminine et maternelle.

La rose rouge sur l’énergie masculine et paternelle.

La rose blanche est en lien avec l’âme, les enfants et enfant intérieurs.

La rose jaune travaille sur les liens karmiques et nos ancêtres.

La rose orange sur l’énergie de vie, l’énergie sexuelle et toutes les relations  que ce soit de couple ou autre.

La rose violette qui travaille sur les ombres, la mort et la transmutation.

Et vient la rose dorée qui est la réunification de notre être divin.

Rencontrer la médecine quantique des roses

Si tu souhaite aller un peu plus loin dans la rencontre avec les roses, je propose un méditation guidée dans la retraite en ligne des 5 éléments à laquelle tu peux t’inscrire gratuitement, ci dessous. 

Je travaille également cette vibration lors des accompagnements individuels et des Retraites de femmes que je propose tout au long de l’année.

Au grand plaisir de lire si tu veux me laisser un commentaire ! 

Cécile

Retraite en ligne

Je t’invite dans ce voyage intérieur de 5 jours pour te reconnecter à ton essence profonde féminine. Reçois mes 5 méditations guidées des Elements ( Terre, Eau, Air, Feu et Amour) pour retrouver plus de sens, de joie et de créativité dans ta vie !

Tu seras ensuite inscrite à ma Lettre d’Amour mensuelle si tu en as envie ! 

Entreprises de Lumière

Entreprises de Lumière

Je vous partage dans cet article ma vision des Entreprises de Lumière, une nouvelle vision de l’entreprenariat au féminin.
Tu une femme hypersensible et créative ? Tu cherches à contribuer à un monde meilleur en offrant tes dons et tes talents ?

Cet été, le 9 août exactement, jour de la Sainte Amour, Terra Om est devenue une Entreprise !

Changer de statut juridique a changé beaucoup de choses énergiquement. J’ai pu avoir beaucoup d’a-priori et de croyances négatives par rapport aux entreprises et j’ai préféré pendant longtemps avoir un statut d’association ( à but non lucratif ;))

Je croyais que créer une entreprise c’était cautionner ce monde capitaliste détruisant la planète et responsable de tant d’injustices, dont j’ai voulu fuir une bonne partie de ma vie.

Je sens aujourd’hui que c’est justement pour moi une manière de faire passer mon message, ma vision, et de prendre ma pleine responsabilité du changement que je souhaite voir dans le monde.

Cela a été tout un cheminement où je me suis sentie tellement soutenue par une force bien plus grande que moi, une foi intérieure dans mon coeur m’amenant à sortir des sentiers battus pour laisser émerger une forme encore inconnue.

J’ai été amenée à changer complètement ma vision, mes certitudes et mes croyances sur les notions d’entreprise, de travail, d’argent….et j’ai pu peu à peu poser un autre regard plus entier, plus amoureux.

J’ai appris à lâcher le contrôle, la volonté, et à ouvrir encore plus mon coeur et mon intuition pour me guider jusque dans les choix et les actions les plus concrètes dans mon activité.

Cela fait 4 ans que Terra Om est « arrivée » dans ma vie.  Depuis le début je la perçois comme un espace sacré dont je suis la gardienne. Comme un enfant qui vient s’incarner sur Terre, elle passe à travers moi, mais ne m’appartient pas.

L’intelligence collective universelle

Nous sommes tous porteurs d’un rayon de lumière de la source. Chacun de nous est en charge d’une petite flamme du grand soleil universel qui s’exprime d’une manière totalement unique et originale.

Quand nous sommes profondément reliés à nous-même, à notre essence, nous sommes naturellement connecté à cette intelligence bien plus grande. Nous nous «  rebranchons » sur le rythme et la grande organisation de l’univers. 

Nous recevons de cet espace universel collectif toutes nos idées, nos inspirations, nos projets…. Chacun d’eux portent une fréquence, une énergie particulière qui cherche à « descendre » s’incarner dans la matière, sur la Terre.

Toutes les créations, les projets viennent en fait d’un espace immatériel et intangible. Mais la plupart du temps cela se fait de manière inconsciente.

L’âme des entreprises de Lumière

De la même manière que nous sommes des êtres spirituels venant faire une expérience humaine, dans un corps matériel, une entreprise de Lumière est une entité à part entière, qui a une énergie propre, une âme.

C’est une énergie spirituelle collective venant prendre corps et faire l’expérience de l’incarnation. 

Nous sommes comme les « parents » de cette « énergie projet » qui appelle à « descendre «  dans la matière, à venir s’incarner.

On peux se relier à Elle, communiquer avec elle, harmoniser nos énergies, lui demander des conseils et des guidances.

C’est à chaque fois une rencontre assez émouvante et puissante quand on se connecte avec l’âme ou l’énergie des activités des personnes que j’accompagne.

C’est souvent une énergie très lumineuse, bien plus grande que nous pouvons imaginer, qui cherche véritablement à prendre forme dans le concret.

Rencontrer l’âme de son activité peux parfois faire peur et faire remonter la croyance que nous ne sommes pas capable d’accueillir toute cette énergie, et d’en faire quelque chose qui soit à la hauteur de ce qu’on perçois.

Il me semble important de comprendre que nos créations et nos projets passent à travers nous, mais sont différents de nous et ne nous « appartiennent « pas, exactement comme nos enfants.

Le plus important est de pouvoir relâcher toutes les énergies, émotions, croyances qui remontent à notre conscience, dont nous n’avons plus besoin.

De là nous pouvons alors nous ouvrir et nous rendre disponible à recevoir tout le soutient et l’amour qui est là pour nous accompagner à « mettre au monde » notre projet.

Entreprendre sa Vie

Une entreprise de Lumière n’est pas pour moi quelque chose séparé de notre chemin personnel, de notre chemin d’âme de reconnexion à notre Essence et d’incarnation.

C’est une expansion de nous-même, prenant cette forme d’Entreprise à un moment donné. Ce n’est pas un but en soi, mais juste une forme particulière de cette Grande Entreprise de notre Vie.

C’est bien autre chose que de faire quelque chose qui nous plaît et qui nous permet de gagner de l’argent. Ce n’est pas un métier, une compétence que nous avons appris, ou une formation que nous avons faite.

Le seul but finalement je crois, est d’être soi-même, être en paix avec qui nous sommes, et donc avec les élans de vie que nous insuffle notre âme.

Cela peut nous amener à un moment de créer et développer une entreprise, de créer des œuvres, produits ou services. A un autre moment, cela prendra la forme d’un voyage, d’une construction de maison, de cultiver son jardin, d’élever ses enfants…..

Entreprendre sa vie, c’est oser être qui nous sommes, suivre notre voix intérieure et les élans de notre cœur. Même si parfois cela nous amène à aller à contre courant d’un collectif.

Entreprendre sa vie, c’est reprendre son pouvoir personnel que nous avons parfois mis à l’extérieur de nous, en croyant que d’autres savaient mieux, étaient meilleurs ou plus légitimes.

C’est un chemin de conscience qui demande une grande sincérité et authenticité avec soi-même. Un chemin nous invitant à regarder en face tous nos inconforts, nos tentatives de fuite ou de contrôle.  Cela est exigeant, et demande courage et persévérance.

Entreprendre sa vie, c’est écouter la voix de son cœur plus que n’importe quelle autre voix.

Suivre son propre rythme

Une Entreprise de lumière est vivante, organique. Elle a son propre rythme, ses propres saison.

Les processus de gestation prennent du temps, les femmes connaissent bien cela.

Quand nous reçevons l’idée d’un projet ou d’une création, il se passe beaucoup de choses sur d’autres plans, que nous ne voyons pas forcément ou dont nous n’avons pas conscience.

Cela ne veux pas dire qu’il ne se passe rien. Nous n’avons pas idée parfois de tout le « travail » que nous faisons sur les plans subtils.

Tes idées ont une vie et un rythme propre.

Comme un enfant que tu portes, tes idées-graines ont besoin de ta présence, de ta disponibilité, de ton amour.

Mais comme l’enfant que tu portes, ce n’est pas toi qui décide comment et à quel rythme il va grandir.

Tu ne sais pas quand elles vont germer et à quelle vitesse elles vont croître.

Chaque idée a déjà en elle un potentiel, un programme de croissance.

C’est la vie qui s’en charge et qui le sait. Elle a déjà tout prévu, tout organisé. Tu n’es peut être pas juste au courant de manière consciente.

Chacune de tes idées-graines porte en elle son processus de croissance et de développement. Elles ont juste besoin d’un espace chaud, doux et accueillant, de beaucoup d’amour et d’attention.

L’Acte de Création est un acte de Naissance, un accouchement.

Tisser un grand réseau d’amour

C’est toujours pour moi un peu magique l’évidence quand une personne m’appelle pour travailler avec moi… Il y a toujours beaucoup de synchronicités, de coïncidences.

Je peux sentir qu’il y a un lien d’âme entre nous et que nous avons déjà choisi sur un autre plan de nous retrouver pour avancer et grandir ensemble.

Un des but premier d’une Entreprise de lumière est de créer, nourrir des liens d’amour avec mes frères et sœurs d’âme et de tisser ensemble un grand réseau d’amour sur la terre.

C’est ce qu’on peux appeler nos « clients d’âmes ». Il y a en géréral quelque chose de très simple et fluide dans le contact avec ces personnes là, comme un évidence.

Nous n’avons pas à convaincre ou à argumenter quoi que se soit, mais juste à nous rendre visible, en incarnant qui nous sommes, puissent juste nous reconnaître dans notre vibration.

Nous pouvons nous relier énergiquement à toutes les personnes qui sont reliées à notre projet, notre entreprise de lumière.

Souvent ce ne sont pas forcément les personnes qu’on voudrait attirer avec notre raison.

C’est souvent quelque chose de très fort de ressentir à quel point notre projet, qui nous semble peux-être quelque chose de personnel, peux concerner en réalité est beaucoup de personnes. Même si on ne les connais pas encore, on peux se relier à elles dans le subtil.

C’est ce que je fais à chaque fois que j’écris un article sur mon blog, où que je prépare une retraite. Je me connecte dans mon coeur à toutes les personnes qui sont en lien avec mon projet, et je peux alors demander de me relier uniquement aux personnes qui résonnent complètement avec ma vibration actuelle, et laisser aller les autres liens qui n’ont plus lieu d’être.

C’est ce que je fais en écrivant ces mots. En espérant qu’ils auront résonné dans ton coeur.

J’accompagne les projets de créations, dans l’accompagnement Naître à Soi.

Je me suis rendue compte que pour toutes les personnes que j’accompagne, le fait de se reconnecter profondément à leur essence, les amène tout naturellement à fleurir à l’extérieur et à sentir l’élan d’offrir leurs créations au monde.

Si tu souhaite créer ou développer ton activité pro, connectée et inspirée par ton essence lumineuse, exprimant ta couleur unique, je t’invite à me contacter pour qu’on puisse parler ensemble de ton projet !

Cécile

Au plaisir de lire tes commentaires !

 

Retraite en ligne

Je t’invite dans ce voyage intérieur de 5 jours pour te reconnecter à ton essence profonde féminine. Reçois mes 5 méditations guidées des Elements ( Terre, Eau, Air, Feu et Amour) pour retrouver plus de sens, de joie et de créativité dans ta vie !

Tu seras ensuite inscrite à ma Lettre d’Amour mensuelle si tu en as envie ! 

Hypersensible et heureuse

Hypersensible et heureuse

Hypersensible et heureux

La métamorphose de la chenille en papillon m’a toujours apparu comme un miracle. Comment imaginer que cette petite chenille sans importance devoilerai un jour tant de magnificience.

Les papillons me fascinent par cette si puissante métamorphose par laquelle ils sont passés alors qu’ils semblent être si fragiles, si délicats… comme si ils venaient d’un autre monde !
Et pourtant ils sont bien là sur la Terre, tout autant incarnés qu’un buffle ou un bison et ils ont tout autant leur place !

Pour moi le papillon représente le chemin d’incarnation des qualités subtiles et délicates de notre âme dans la matière, qui appellent à être revellées dans toute leur splendeur.

Ce chemin peux-être long et éprouvant et demande de grandes transformations intérieures, qui peux aussi se faire dans la grâce et la légèreté d’un battement d’aile.

C’est ce lien que nous avons avec notre âme qui s’exprime dans ce qu’on peux appeler l’hypersensibilité. Et je crois que l’énergie du papillon peux merveilleusement accompagner cette qualité souvent mal comprise.

Hypersensible ou hyposensible ?

L’hypersensibilité est pour moi,  un mot pour parler de notre nature sensible d’être humain depuis le point de vue d’une société coupée d’elle même… où les personnes qui ressentent des sensations, des émotions, qui sont simplement en lien avec la vie sont considérée comme ayant « trop » de sensibilité, comme « différentes » d’une sois disant normalité « hyposensible ».

Je crois que nous sommes tous des Êtres dotés d’une extrême sensibilité, capacité de ressentir.

Mais beaucoup d’entre nous ont fermés leurs canaux de perceptions, pour se protéger souvent depuis l’enfance de tout un flot d’informations sensorielles et emotionelles trop difficiles à gérer, face à tant de violence, de beauté et d’intensité de vie.

Oui par rapport aux critères de notre société, je suis hypersensible et la plupart des personnes qui j’accompagne, si ce n’est toutes, le sont aussi.

Cette très grande sensibilité nous a souvent amené à vivre le rejet, l’incompréhension, les jugements et nous nous sommes comme « sur-adaptés  » à cette société en trouvant des béquilles pour survivre.

Comme le disait Jiddu Krishnamurti « Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade. »

Qu’est ce que l’hypersensibilité ?

Comme beaucoup d’entre vous qui me liront certainement, j’ai toujours été sensible à l’espace du cœur, à la beauté et à l’harmonie, au sens qu’ont les choses, à la justice, aux énergies des autres qui m’entourent. J’ai toujours été en lien avec cette dimension collective, me sentant comme une cellule de ce grand corps humain.

Et j’ai mis du temps à comprendre que tout le monde ne ressentais pas les choses de la même manière que moi.

Je n’ai pas vécu de gros traumatismes dans ma vie, j’ai grandi dans une famille aimante, je n’ai jamais manqué de rien materiellement. Et pourtant j’ai pu me sentir très mal étant plus jeune, tellement perdue dans ce monde que je ne comprenais pas alors que «  j’avais tout pour être heureuse, comme on dit;) »

En fait pour ma sensibilité, tant de choses en apparence très banales, anodines ont été vécues avec une très grande violence. J’ai senti si souvent tant de décalage entre ce qu’on me disais depuis une sphère mentale et ce que je ressentais en moi, sans avoir la possibilité de comprendre et encore moins de dire ce que je ressentais.

Une autre caractéristique des hypersensibles est de ne pas pouvoir tricher avec eux-même, ni de faire des compromis dans leur vie ou leurs relations.

Ils avons un besoin d’authenticité tellement grand, qu’il leur est impossible de faire des choses qui ne sont pas complètement en accord avec eux-même.

S’autoriser à ressentir ses émotions

Le propre de l’Être sensible est de ressentir, et le monde émotionnel a souvent une place prépondérante dans sa vie.

Pourtant nous n’avons pas été habitué à accueillir nos émotions, comme des signaux, des messagers de nos besoins et aspirations profondes qui ne sont pas nourris. Je vois encore beaucoup de personnes  se sentir mal à l’aise face à quelqu’un qui pleure ou qui exprime de la colère.

L’émotion n’a pas besoin qu’on la plaigne, qu’on lui trouve des solutions, qu’on lui donne des conseils. Elle a juste besoin d’être accueillie, reconnue, rejointe là ou elle est.

Tu as le droit de sentir ce que tu sens en cet instant même, quoi que ce soit.

Tu as le droit de ressentir tout ce que tu as pu juger comme négatif, pas important, pas digne d’attention.

Tu as le droit de ressentir la culpabilité, la haine, la rancœur, la peur, le désespoir, l’impuissance, la colère, la détresse, la manipulation, la jalousie en toi.

Tu as la possibilité d’aller rencontrer la violence, l’exigence, l’intransigeance de certaines instances en toi qui font parfois régner leur loi inconsciemment.
Cela ne veux pas dire que tu as un problème ou que tu as raté quelque chose dans ta vie.

Ce que tu ressens ne définit pas qui tu es véritablement, et ne fais pas de toi une bonne ou une mauvaise personne.

Ce ne sont que les histoires que tu te racontes à ce propos qui te font souffrir. Tu peux accueillir toutes ces émotions remontant à la surface depuis la lumière légère de ton Être, comme un vieil ami qui revient à la maison.

La fuite de l’hypersensibilité

Plus on vient dans cette écoute profonde intérieure, plus on peux voir à quel point nous sommes si souvent en refus des émotions ou sensation qui viennent nous rencontrer.

La première fuite est sans doute celle dans le mental, qui vient « récupérer » l’expérience, en faire une histoire, une analyse, une explication….

Il y a beaucoup de distractions possible. De nombreuses techniques ou concetps spirituels peuvent être comme des fuites pour ne pas aller ressentir vraiment ce qui peux être douloureux, difficile, confrontant, des blessures très profondes…. Et je sais de quoi je parle;)

Pendant des années quand quelque chose de désagréable venait me rencontrer je cherchais à l’apaiser voire la faire disparaître, et j’ai acquis tout tas de super outils pour cela 😉

Mais finalement ce n’étais qu’un pansement ou un baume que je mettais pour apaiser les cris de mon âme. Et en même temps ils m’ont permis de trouver de plus en plus d’espaces de sécurité en moi.

Combien de fois dans ma vie, j’ai pu me sentir mal à l’aise, sans oser me l’avouer, en essayant de faire comme si ce mal être n’existait pas. Je croyais qu’il y a avait quelque chose qui n’allait pas avec moi, que j’avais un problème.

J’ai tant lutté et été en conflits intérieurs, sans même m’en rendre compte la plupart du temps, parceque ça se joue à un niveau assez subtil.

J’ai appris petit à petit à rester en contact avec les sensations désagréable, sans trop me raconter d’histoires, sans chercher de solutions, sans me dire que ça ne devrais pas être là, que ce serait mieux si cette sensation n’étais pas là.

La douceur des roses et la danse du mouvement de la vie m’ont beaucoup aidé à cela.

Le passage dans la chrysalide, la transmutation de nos ombres

« On ne trouve pas l’illumination en invoquant des êtres de lumière mais en éclairant l’obscurité. » (CG Jung)

Ce moment où nous acceptons de rencontrer et de rester avec les émotions qui viennent, sans chercher tant de stratégies pour les faire disparaître, c’est symboliquement le temps du passage dans la chrysalide.

Comme la chenille nous avons inurgité tant de connaissances extérieures, qu’il est temps maintenant d’intégrer et de faire siennes.

La chenille construit autour d’elle sa chrysalide. De l’extérieur il semble de plus rien se passer, et pourtant au dedans de nous règne une activité intense.

C’est un voyages sur les terres de nos ombres, d’insécurité, de culpabilité, de honte, tous ces espaces en nous qui n’ont pas encore été éclairées par la lumière de notre conscience.

Toute notre attention se vers l’intérieur de nous, à la rencontre de toutes ces parts de nous que nous avons jugés mauvaises, imparfaites, honteuses, pas intéressantes, jugeantes… et que nous avons reniés et refoulées.

Cela peux faire peur, ça demande de prendre le temps, du courage et un vrai engagement.

Je crois que ce temps d’introspection est tellement important à prendre et c’est pour moi la voie de reconnaissance de notre véritable nature, la plus directe, la plus rapide peux-être. Et peux-être, le seul véritable chemin vers la paix.

Dans les traditions préhispaniques, on retrouve le Papillon l’obsidienne, Itztli, cœur de la Mère Terre. Son esprit nous accueille dans ses grandes ailes qui sont faites de couteaux d’obsidienne, avec lesquels elle va « couper » tout les liens dont nous n’avons plus besoin, et faire remonter à la surface nos ombres inconscientes.

Le papillon d’obsidienne nous aide à donner une belle et bonne place à toutes ces parties de nous, qui n’ont pas reçu l’accueil et la reconnaissance dont elles auraient eu besoin dans le passé.

Il nous apporte sa Force pour transformer dans nos vies ce qui résiste et nous semble encore impossible.

Petit à petit, en prenant le temps de rester « avec soi », même si c’est inconfortable, on peux vraiment réapprendre à faire confiance à son corps et aux messages qu’il nous envoie, sans se sentir agressé, condamné, trahi par la vie.

Finalement, c’est une mort des identifications de notre ego, pour naître au Soi. Notre véritable lumière apparaît dans le cœur de nos ombres.

Le dévoilement du papillon, la magnificence de notre âme.

« Vint un temps où le risque de rester à l’étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d’éclore.  »  Anaïs Nin

Tout au long de notre vie, nous vivons de nouvelles naissance à nous-même. Souvent après des périodes difficiles voire chaotiques, où nous allons mourir à une partie de nous, quelque chose d’autre va pouvoir émerger et voir le jour.

Petit à petit c’est la fréquence de notre Etre qui vient faire corps avec notre matière.

Nous pouvons parfois sentir un décalage entre la magnificience de notre Etre que nous pouvons perçevoir et son apparence réalisation sur terre.

Nous nous posons alors les questions : Qu’est ce que je suis venue faire ici, comment puis-je être utile ? Comment je peux faire ma part ? contribuer au changement dans le monde ?

Et si c’était beaucoup plus simple que ce que tu croyais ? En réalité nous n’avons jamais été séparé de notre essence divine elle a toujours été là, si proche que nous n’osons pas la voir…

En écoutant à chaque instant et en osant suivre les élans, les directions que te murmure la vie au dedans.

A chaque instant c’est tout l’univers qui insuffle en nous sa guidance.

A chaque seconde nous sommes inondé d’une goutte de conscience universelle.

En nous reliant à notre intériorité nous sommes directement branchés à la source.

Nous sommes tous une émanation du grand soleil, un rayon de l’arc en ciel avec une couleur si particulière.Si dieu nous avait voulu autrement, il l’aurait fait !

Alors pourquoi cherchons nous tellement à nous changer, à nous améliorer, à corespondre à cette version parfaite de nous même jouant avec nous comme un fantôme.

Ne pouvons pas reconnaître à quel point nous sommes DEJA parfaits ?

Le papillon vient nous dire : il est temps de reconnaître la merveille que tu es, il est temps de reconnaître la lumière de ton âme et d’honorer pleinement sa couleur sur la Terre.

La fleur qui s’épanouit au soleil sans se demander pourquoi, sans cherche à être autre chose que ce qu’elle est.

Voilà en espérant que ces quelques mots auront nourris ta confiance en la beauté de ton Etre, et ta si grande importance dans cette vie !

Avec beaucoup d’Amour et avec joie de lire tes commentaires !

Cécile

Le papillon est venu me souffler il y a quelques temps le nom du cycle de retraites de femmes que je propose dans la Drôme. 

La puissance de la douceur

La puissance de la douceur

la puissance de la douceur

La douceur a souvent été associé comme de la faiblesse. Et pourtant nous assistons je crois à l’émergence de la véritable force de la douceur. Je souhaite que cet article puisse te permettre de plonger et de reconnaître en toi la puissance de ta douceur. 

Quand on aime une rose qui est dans une étoile, c’est doux le soir de regarder le ciel ( le petit prince)

Assumer la douceur

On m’as souvent dis «  tes chants sont très doux, tu émane beaucoup de douceur… » et je l’ai souvent mal pris, parce que je le voyais comme un signe de faiblesse, de vulnérabilité.

J’ai grandit dans une société ou la douceur n’est pas vraiment présente, reconnue, valorisée. Voire elle était moquée, fuite, rejetée…

Alors cela m’a pris du temps d’assumer, de reconnaître cette douceur en moi et de permettre de la réveiller, de l’activer chez les personnes que j’accompagne.

Ça m’a pris du temps de comprendre que la douceur ne s’oppose pas à la force, mais à la dureté, à la rigidité, à la froideur.

Ça m’a pris du temps d’assumer l’importance de la douceur, de sa simplicité dans ce monde ou nous sommes tellement attirés par ce qui est compliqué, sensationnel ou extraordinaire…

Cela nous demande de trouver une vraie force intérieure pour oser et assumer notre douceur, vraie, entière, déterminée. De la choisir à chaque instant.

La peur de la douceur

La douceur fait peur, parce qu’on a appris que pour survivre dans ce monde il faut être dur.

Il faut être dur pour faire face à la dureté du monde. Endurcir son cœur parce que ça fait trop mal de le sentir, de sentir fondre nos protections, nos barricades qu’on a édifié autour de soi pour se protéger.

La douceur fait peur parce qu’il y a la croyance qu’il faut se battre, lutter, affronter, se sacrifier, être un guerrier de lumière…

Affronter nos peurs, nos démons, nos ombres…

Lutter contre une mental qui tourne en boucle, contre des émotions ingérables…

Se battre contre la maladie, contre les mauvaises habitudes…

Dans la guérison il y a la croyance que ce doit être impressionnant, sensationnel, qu’il faut passer par des processus où on crie, on se libère des démons, on hurle, on pleure, on tape….et qu’il faut souffrir pour se libérer

« Tu enfanteras dans la douleur » à laissé des traces et il en est de même pour la naissance à soi même.

Pour atteindre une certaine libération, éveil ou joie, j’ai cru il fallait faire certaines pratiques , avoir une vie ascétique, passer des jours sans boire ni manger, méditer des heures sans bouger…. une pratique n’est ni bonne ni mauvaise, je viens juste questionner si son choix a été vraiment fait dans la douceur….

On a cru qu’il y avait quelque chose à atteindre, quelqu’un à guérir…  Nous déployons beaucoup d’énergie pour éviter de ressentir profondément ce qui nous arrive, ressentir la vie qui vient nous rencontrer, quand elle vient à travers la colère, la terreur, le désespoir, les jugements sur soi qui tournent en boucle, la haine et la honte de soi ?

Peux-on peux reconnaître toutes les stratégies qu’on met en place pour ne pas vivre ce qu’on juge négatif, ce qui ne devrait pas être là,  pour ne pas être avec ce qui est ?

La souffrance est la résistance que nous avons face à la vie. Mais quand on commence à rencontrer cet espace d’accueil de nous même à l’intérieur de nous ou toutes les émotions, pensées, sentiments sont les bienvenus, ou on peux se laisser traverser sans se raconter des histoires sur tout ce qu’on vit….alors on peux rencontrer  la douceur en soi.

La douceur de la rose

La médecine de la rose est pour moi ce qui représente le mieux cette puissance de la douceur. D’ailleurs je t’invite à lire mon article sur la médecine quantique des roses si tu veux en savoir plus !

L’énergie de la rose nous pénétrer avec son amour infini, et en même temps une grande détermination, elle ne va pas nous lâcher et va aller jusqu’à la source des espaces de non-amour en nous.

La rose émane une puissance d’amour immense. Elle ne force rien, et elle vient toucher si profondément dans notre cœur, que c’est dur de lui résister. Dans le sens qu’elle n’oblige à rien, elle laisse toujours le choix.

Elle se maintient juste tout près de notre cœur dans son amour immense, qu’un jour on se laisse fondre et on lui ouvre la porte. Je sens cette énergie d’amour déterminée qui vient me traverser quand je chante dans un soin.

Se concentrer sur notre but, je veux être en paix, je veux être libre….et il n’y a rien à forcer, laisser la douceur venir faire fondre toutes nos résistances à la paix, à la liberté.

La douceur pour soi

Cela demande vraiment un apprentissage d’être doux avec soi, pour soi. Reconnaître comme on est dur, sévère, rigide envers soi même. C’est avec nous même que nous sommes les pires juges et bourreaux.

On peux en avoir peur, en avoir honte, être terrorisé de cette douceur qu’on n’a jamais reçu.

La douceur de s’accueillir tel qu’on est, dans tout ce que l’on est, dans tous nos travers et nos erreurs, dans toutes nos ombres et nos lumière, dans tout ce qui n’est ni ombre ni lumière… La douceur est naturellement là quand on s’abandonne au flux de la vie

Mais ce n’est pas tout accepter, ce n’est pas la fragilité, la faiblesse. Cela demande de se positionner, de se redresser, de regarder en face, cela demande du courage, et d’apprendre à discerner avec cette « fausse-douceur », ces énergies mielleuses qui nous endorment avec de beaux discours et de belles images, qui nous font sortir de nous même et qui nous éloignent de notre direction intérieure.

Être doux, ce n’est pas fuir ou éviter, c’est se positionner, prendre sa place et exprimer sa vérité.

La douceur de la Terre

C’est une des qualité essentielle de cette médecine sacrée féminine et de la Mère-Terre… dans la fluidité de l’eau, la caresse du vent, la paix d’un petit feu tranquille, la tendresse de la terre….

J’ai reconnecté avec la douceur dans la Nature, comme si c’était la qualité et l’énergie naturelle de la Terre

Accueillir le doux de la Terre dans son corps, qu’on reçoit à travers les plantes de nos pieds, qui monte dans votre base, dans votre matrice, dans votre Terre intérieure ( que nous soyons homme ou femme), comme une grande vague d’énergie qui vient nous envelopper, nous caresse.

Il est tellement doux de s’asseoir, de s’allonger contre la Terre, de se laisser traverser par son énergie. Avant de pouvoir s’aimer soi même, on peux juste accepter de se laisser être aimé par la terre. La douceur de la Mère Terre accueille et veille son enfant chéri, elle le prends dans ses bras, le rassure et le soigne. Elle est vient toucher directement nos cellules.

Et si on remettait toutes ces croyances qu’on a pu être abîme ou sali par quelqu’un ou quelque choses ? Et si on acceptais cette simplicité de guérison, qui est juste la reconnaissance de qui nous sommes profondément ?

Un être infini, lumineux, puissant et doux.

J’espère que ces quelques mots vous auront aidé à activer la force de la douceur en vous m’aime. 

Si cet article t’as plus, tu peux te partager sur Pinterest : 

 

Se reconnecter à son Féminin Sacré

Se reconnecter à son Féminin Sacré

l'éveil du féminin sacré

La grande matrice universelle chante et vibre dans mon utérus
L’océan tout entier me traverse et habite mon cœur de femme.

A la fois je fais vraiment l’expérience d’être infinie et vaste, sans identités et à la fois je suis une femme, dans un corps de femme et j’avais envie de partager mon expérience du féminin sacré.

Pour parler du féminin sacré, je rentre dans une écriture intuitive, organique, sensuelle.  Bien loin de ce monde rationnel, contrôlé, organisé, de compétition, de comparaison, s’élève une voix souterraine, douce et forte, ondulant sur les vagues d’un mouvement essentiel et intérieur.

Le féminin sacré est pour moi notre essence féminine naturelle. Nous sommes dans une société tellement « tordue » qu’il faut un nom pour l’état naturel des choses. C’est comme pour la nourriture bio….

Le sacré est cet état naturel de la vie, un état intérieur. C’est cette écoute de le vie, cette gratitude à chaque instant.

Plonger dans le féminin c’est entrer dans le grand labyrinthe du mystère de la vie, du sensible, de l’intuition.  Rentrer dans ce qui ne s’explique pas de manière rationnelle, mais qui est connu, vu et ressenti au plus profond de soi-même.

La grande force du féminin est la force d’accueil. S’accueillir soi-même tel que l’on est, dans tout ce qui nous habite, dans tout notre mystère.

Accueillir l’autre et reconnaître la beauté unique de chacun, dans une compréhension globale et vaste des relations entre les êtres, entre les règnes, entre l’humain et la nature.

Le féminin sacré est quelque chose que je vis dans mon corps.  C’est la vie en mouvement dans mon ventre, dans mon utérus qui pulse, qui vibre, accueille, veille  et prend soin. Un pourvoir du cœur, intuitif, une sagesse innée ressentie de l’intérieur.

C’est un appel à venir me déposer au plus profond de moi-même. Ce chemin est infini et très vaste on peux toujours se déposer un peu plus, descendre dans la conscience cellulaire de ce corps qui s’abandonne au flux et à l’intensité de la vie qui le traverse.

Plus je descends profondément en moi, plus mon corps devient vibration, plus mon corps se dissout dans le corps de la Terre, dans le doux de la Terre. Et je la laisse prendre soin de moi dans cet espace de confiance et de sécurité.

Nos corps de femmes sont relié naturellement à la Terre, à sa sagesse, ses mémoires ancestrales, son cœur. 

Une femme qui accouche est dans la pleine puissance de son féminin l’instinct sauvage, la force de la Terre, de la vie qui la traverse.

J’ai senti ce lien avec la Terre très fort quand j’étais enceinte. J’avais besoin de m’allonger contre elle, contre les arbres, d’être en lien avec son énergie qui venait m’apaiser et me nourrir.

J’ai trouvé cela incroyable d’accueillir la vie en moi, et d’être en contact si intime avec ce grand Mystère.

L’Utérus est la matrice de création, qui crée la matière pour l’âme qui vient s’incarner. C’est aussi le lieu de création pour nos idées et nos projets. 

L’utérus est la coupe sacrée, le graal qui accueille la semence de la conscience, de la lumière divine. Et la vie naît de l’union de ces deux énergies, féminine et masculine. 

La Terre a besoin que les femmes se reconnectent avec leur féminin sacré, leur partie intuitive, créatrice, sauvage, sensuelle, douce pour pouvoir accueillir leur masculin, pour pouvoir accueillir l’homme.

Et de la co-créer la vie sur tous les plans ! 

Je te laisse avec cette poésie que j’ai écrite : 

Douceur de femme, qui connaît ses mystères et sa puissance, la force de la vie traversant son corps
Disponible à donner et à recevoir
La femme originelle, gardienne des mémoires de la Terre et du cosmos,
Toi qui vit dans mes intimes profondeurs, dans mes vallées et mes océans intérieurs
Je te vois et je te reconnais, femme fécondée par la vie, tu portes la création silencieuse, la puissance tranquille, tu portes dans ton ventre tout l’univers
Je viens te rencontrer, au-delà des voiles, des histoires et des fantasmes
Je viens te rencontrer dans mon intérieur fleurissant, dans la pulsation de la vie
Une lueur scintillante, le joie de retrouvailles avec l’être aimé dans sa tranquillité, simple et légère.
Je rencontre la paix lumineuse de la Présence, qui se vit simplement au cœur de chaque expérience

 Au plaisr de lire tes commentaires et merci de partager ! 

Cécile