fbpx

La hutte à sudation est une cérémonie qui est tellement chère à mon cœur, que je trouve si belle et symboliquement pleine de sens. Je suis heureuse de vous partage ici ma vision.

Le temazcal est un rituel ancestral, un voyage au centre de notre Être dans l’énergie amoureuse de la Grande Mère cosmique. C’est un profonde purification holistique qui nous amène à renaître à nous même.

J’ai rencontré ce rituel pour la première fois y a environ 13 ans quand j’étais au chili.

Ce jour là, j’ai vécu des retrouvailles très profondes avec moi-même, avec quelque chose qui me semblais « vrai » et « sensé » dans ce monde dans lequel je me sentais perdue depuis toute petite.

J’ai rencontré dans ce grand feu, une lumière si intense, si rassurante, apaisante et merveilleuse. J’avais l’impression de retrouver quelque chose d’essentiel que je connaissais pourtant depuis toujours.

Depuis j’ai eu la chance d’apprendre auprès de gardiens et gardiennes de la Terre de différentes traditions. qui m’ont accompagné à retrouver ce lien vivant et naturel avec les éléments, avec la vie et la nature.

J’ai beaucoup aussi en étant en lien avec l’énergie de la naissance, en accompagnant des accouchements. Je « verse » l’eau maintenant avec ma sensibilité féminine quand la vie me le propose.

Rituel de purification

La hutte à sudation, ou temazcal ( la maison des pierres chaudes) en amérique centrale, sweatlodge ( tente à sueur) en Amérique du nord…est un rituel sacré de purification qui existe depuis la nuit des temps, dans la plupart des cultures et traditions de notre planète, sous différentes formes.

La hutte est une structure circulaire faite de branchages et recouvertes de couvertures. Il y a d’autres formes, notamment au Mexique ou la hutte est une structure dure en terre.

Dehors est allumé un grand feu sacré dans lequel sont chauffées des des pierres

volcaniques.

Après un rituel et une connexion avec le feu à l’extérieur, les personnes rentrent dans la hutte et sont assises à même le sol, dans l’obscurité. De l’eau est versée sur les pierres, dégageant une forte chaleur humide.

A travers les chants médecines, les paroles déposées, le silence, la présence de chacun, le niveau d’énergie d’élève par palier nous permettant de contacter profondément nos différents corps : physique, émotionnel, mental et spirituel à travers les 4 portes symboliques de la hutte.

On utilise aussi des plantes sacrées, comme le tabac, le copal, la sauge, le romarin, la lavande, l’eucalyptus tout au long de ce rituel.

Sur le plan physique, comme dans un sauna, la chaleur intense stimule la circulation sanguine et la transpiration amenant à faire sortir les toxines du corps.

La vapeur vient purifier également notre corps émotionnel, permettant à nos émotions de couler, de s’harmoniser, à nos pensées et nos préoccupations de se calmer, à recevoir de la clarté dans nos croyances et nos schémas limitants.

Sur un plan plus profond, la vapeur est le canal du souffle de l’esprit, qui vient ouvrir des espaces en nous et guérir ce qui est prêt à l’être.

Nous nous reconnectons à qui nous sommes réellement, à travers une rencontre très intime avec les éléments créant la vie : le feu, la terre, l’eau et l’air.

Dans un langage archaïque, primitif, les éléments nous parlent, nous enseignent et nous reconnectent à nos mémoires et sagesse ancestrale.

C’est un contact très intime avec différentes parties de nous. Nous pouvons rencontrer des parts de nous-mêmes, des relations, des ancêtres, des esprits d’animaux, guides spirituels, et recevoir ainsi une guidance, des compréhensions et directions pour notre vie.

Dans le temazcal, nous nous retrouvons nu face à nous même, face à cet être essentiel et sensible, fragile et fort à la fois, face à notre relation très singulière avec le divin et le sacré.

La chaleur intense pour amène à nous dépouiller de nos vieux habits, de nos masques, de nos protections, de tout ce qui ne nous est plus utile pour avancer sur notre chemin de vie.

Nous pouvons laissons aller le superficiel, nos fausses croyances, nos limitations pour retrouver la pureté de notre essence dans une grande authenticité avec nous-même.

C’est une médecine pour le corps, le cœur et l’âme.

Le ventre de la Mère

En entrant dans la hutte, nous venons rencontrer l’énergie de la Mère, l’énergie féminine universelle qui nous fait cet honneur de nous ouvrir la porte de son ventre, de sa matrice.

Elle nous accueille dans son espace sacré, son sanctuaire de guérison.

Ce ventre matriciel, où la vie est crée, l’utérus de la grande Mère cosmique.

Là où nous pouvons rencontrer ce mystère infiniment précieux de la création, là d’où nous venons et là où nous allons.

La Mère Terre c’est notre « Maison » qui nous accueille pour cette incarnation, en nous prêtant ce corps. Elle nous invite à retrouver ce lien de conscience avec elle.

En tant que femmes, la hutte nous invite à nous relier profondément à cet espace matriciel en nous, à notre utérus dans toutes ses dimensions. Un lien si intime se vit avec la Terre dans notre ventre

Je travaille dans le temazcal avec l’énergie des roses qui favorise encore plus cette connexion à la grande Mère.

Mère nous revenons nous abandonner dans tes bras, et déposer tout ce qui est trop lourd à porter pour nous.

Nous venons t’offrir nos larmes, nos cris, nos rires et te remettre tout ce qui nous fait mal, nos relations difficiles.

Nous venons t’ouvrir notre cœur et te dire avec humilité ce que nous ressentons, ce qu nous vivons dans notre expérience humaine.

Nous sommes tes filles, puisse tu nous rebrancher à notre source de vie ?

Le Grand Père Feu

Le feu est l’élément masculin le plus subtil et augmente notre vibration quand on vient le rencontrer depuis la pureté de notre cœur.

Le feu est éternellement pur, rien ne peux le souiller. C’est le seul élément que nous n’avons pas réussi à polluer.

Il nous reflète cette partie éternellement vierge et pure de nous-même, qui n’a jamais été abîmée ou salie par quoi que ce soit.


Le Feu, comme un grand père qui aime bien parler, a beaucoup de choses à nous dire et à nous apprendre de nous-même. Il nous voit tel que nous sommes, transparents et lumineux, et nous reflète notre essence éternelle en brûlant tout ce qui nous en éloigne. Le Feu nous parle et communique avec nous

C’est un gardien des mondes, la clarté qui vient éclairer nos esprits, la lumière qui vient illuminer nos ombres, la chaleur qui vient réchauffer nos âmes. Il transmute et régénère.

Le feu nous reconnecte à notre Énergie de vie, et nous aide à nous relier à notre volonté et notre pouvoir personnel.

Alchimie du féminin et du masculin

La hutte est le lieu du mariage alchimique, des noces sacrées du féminin et du masculin. C’est une rencontre entre ces deux polarités créant la vie, ces apparents contraires. Altachinolli, las aguas quemadas, les eaux brulées.

L’eau et le feu peuvent se rencontrer et s’unir dans le ventre de la Mère. Comme une fécondation, les semences lumineuses du Père sont accueillies dans le ventre de la Mère.

Les pierres, grands mères de la Terres, les ancêtres portant la sagesse et les mémoires de la Terre.

Les pierres chaudes recevant l’eau transmettent un chant très particulier, un chant des profondeurs anciennes de la Terre

C’est une relation très intime qui se crée dans l’obscurité entre chaque participant et les grands mères pierres. Elles sont sensibles à nos paroles qui viennent du cœur, à nos prières et nos demandes.

Rituel de renaissance

Ce qui se passe énergétiquement dans une hutte est pour moi très semblable à l’énergie présente dans un accouchement, et j’ai beaucoup appris des huttes pour accompagner des accouchements, et réciproquement .

On peux retrouver dans les différentes portes de la huttes, les portes portes qui ont lieu pendant un accouchement.

Les portes sont commes des paliers, des temps de pause et d’intégration. Le niveau d’énergie s’élève par palier, tout comme dans un accouchement où la fréquence cérébrale de la maman se modifie de la fréquence beta, à alpha, theta puis delta pour aller «  rejoindre son bébé qui est dans la dimension de l’unité et le ramener dans la matière.

On dit que les femmes qui donnent la vie sont les premières « chamanes », elles sont en contact direct avec les mondes subtils, dans une ouverture multidimensionelle très grande,

La femme qui accouche a la possibilité de vivre une très grande ouverture de conscience et de contacter la source, et en même temps de le vivre de manière si intense dans la plus grande intimité de son corps.

La hutte à sudation peux nous ramener dans une expérience intra-utérine, notre expérience de naissance, mais aussi peux nous mettre en lien avec des mémoires utérines, que nous portons ou que portent des femmes de notre lignée.

Le chemin qui relie le feu à la hutte peut-être vu comme un cordon ombilical, reliant l’être naissant à son placenta représenté par le feu.

Notre placenta dans sa dimension éthérique, ou subtile est toujours vivant et nous accompagne tout au long de notre vie, comme un « double ».

Le placenta est l’organe qui fait le lien entre l’intérieur et l’extérieur, qui transmet la nourriture au bébé, mais transmet aussi les mémoires des ancêtres.

Se reconnecter à son placenta permet de se sentir plus entier, réunifié avec quelque chose qu’on a si longtemps cherché au dehors dans des relations par exemple.

Le temazcal m’est apparu un jour comme une possibilité de se reconnecter avec la pureté de son placenta, et de lui permettre de reprendre sa place.

Le feu vient purifier et illuminer ce cordon ombilical, et nous permet de nous «  rebrancher » à notre véritable source de vie.

La sortie de la hutte est un moment très précieux, nous nous sommes purifiés et nous sommes appelés à naître à nouveau, avec un nouvelle direction peux-être pour notre vie. J’aime tant voir la beauté des personnes sortant de la hutte ! Il a quelque chose qui a changé dans le regard, de la pureté du nouveau né qui regard le monde avec un regard nouveau.

Dimension collective, on naît ensemble

Même si c’est une expérience très personnelle et intime, elle a aussi une fonction très collective je crois.

En aidant chacun à se libérer des blessures et peurs de son égo, des masques de nos personnalités, elle nous permet de reprendre notre juste place dans le collectif, et d’agir alors depuis cette dimension là.

Nous sommes intimement reliés les uns aux autres, bien plus que les apparences nous le font croire. Nous sommes des frères et des sœurs dans notre humanité.

La hutte est un espace de connexion collective avec les forces de la Nature. Nous pouvons recevoir des guidances sur notre organisation collective, sur comment vivre ensemble en harmonie avec la Nature.

Je propose des huttes à sudations lors prochaines retraites de femmes, et je serai heureuse de t’y accueillir si tu le souhaites.